Menu

mercredi 31 décembre 2014

Chronique [John GREEN] Nos étoiles contraires

Bonjour à tous !

Le papa Noël vous a gâté littérairement ? Perso, ce livre fait parti de mes cadeaux de Noël ! Et je l'ai dévoré ! ;)
Bonne lecture

AUTEUR(S) : John GREEN

Nom de naissance : John Michael GREEN
Activité : Romancier
Naissance : 24 août 1977,
Indianapolis, Indiana, USA
Langue d'écriture : Anglais
Œuvres principales : - Nos étoiles contraires
- Où es-tu Alaska ?
- Will et Will
- La face cachée de Margo
- Flocons d'amour

John Green vit avec sa femme et son fils à Indianapolis, la capitale de l'État de l'Indiana, aux États-Unis. Il a reçu de nombreux prix pour ses romans, dont le Michael L. Printz Award, prestigieux prix américain, pour son premier roman Qui es-tu Alaska ?
John Green et son frère, Hank, sont les auteurs de Vlogbrothers, un des projets de vidéos en ligne les plus connus au monde. John Green a également un site internet très actif (dont le lien se trouve ci-dessous) et il est très présent sur les réseaux sociaux. Aussi, il est suivi par des millions d'internautes.
Il a été numéro un de la liste des meilleures ventes du New York Times pour Nos étoiles contraires en 2012.

NOS ÉTOILES CONTRAIRES

Édition : NATHAN (2013)
Titre original : THE FAULT IN OUR STARS
Traductruce : Anglais, Catherine Gibert
Nombre de pages : 330
ISBN : 978-2-09-254303-0
Genre : Dramatique/Jeunes adultes
PRIX Amazon.fr / PRIX FNAC
Site de l'auteur / Twitter  / Facebook
Bande annonce film VF / VO


QUATRIÈME DE COUVERTURE :
Lorsque je lisais ce livre à la plage, ma mère m'a demandé ce qu'il racontait. Et moi, complètement absorbée par ma lecture et désirant y retourner au plus vite, je lui ai dit le gros de l'histoire :
- C'est une fille qui a le cancer, qui rencontre un gars qui avait le cancer. C'est génial !
Alors là, elle m'a lancé un regard inquiet et m'a dit :
- Tu es sûre que ça va ?
(Une lectrice, sur booknode.com.)

Un roman sur la vie, la mort et les gens qui se retrouvent coincés entre les deux. "Nos étoiles contraires", c'est John Green au sommet de son art. On rit, on pleure,et on se redemande.
(Markus Zusak, auteur du bestseller La voleuse de livres.)

Alors qu'on craint ne ressentir que de la tristesse, en le refermant, ce livre nous fait aimer la vie plus que jamais.
(Mélanie Blossier, chroniqueuse pour le magazine Page et librairie à la librairie Doucet, au Mans.)

Ça frôle le génie. Ce livre est tout simplement dévastateur. Il affronte sans peur les émotions simples, directes, puissantes.
(Times Magazine.)

MON AVIS PERSONNEL :
Pour être franche, au risque de choquer quelques un(e)s, au début de la parution de cet ouvrage, je trouvais que les gens en faisaient des tonnes ! "Oh mon dieu ce livre ...!." Et je me disais mais qu'est-ce qu'il a de spécial ce livre pour être si aimé ? Et avec le recul, je pense toujours que certains en rajoute... Trop ! Peut être ignoraient-ils réellement la vie d'un malade atteint d'un cancer? Où une histoire d'amour avec un grand A. May be may be not ! Peu importe en fait. Parce qu'au final, le principal c'est d'avoir apprécié sa lecture. 
Je pense aussi qu'au vu du succès du livre, on va éviter les répétions lourdes. 

Je vous donne alors mon point de vue personnel sur ce livre :
Je commençais juste à en avoir marre, des détails des films dont parlait John Green, au moment où il a arrêté de trop détailler...tant mieux, ouf, merci! Non parce que 300, film de guerre que j'ai vu et revu, merci mais non merci. Puis vu ou pas, c'est un chouïa lourd. J'ai un véritable problème aussi... Pas à propos de ce livre en particulier, non, avec tous les livres ou presque. Le début. Long, très long. J'ai souvent hâte d'aller à l’essentiel. Il y a des débuts détaillés qui ne t'ennuient pas et d'autres qui te font faire des : "pfff"; "rolala accouche !"; "si ça continue je ferme le livre !". 
Pour ce bouquin, il n'y a rien à dire parce que sa lecture est fluide, très facile à lire. On est curieux de découvrir l'histoire au complet. Puis on ne peut pas décrocher. En trois jours (tranquillement) il était bouclé attendant sagement que je "critique" (j'aime pas trop ce mot). C'est une belle leçon de vie qui nous font relativiser davantage!
Trop peu ignorent l'enfer qu'endurent les malades atteint d'un cancer (je pense aussi aux autres malades!). C'est souvent le vécu qui aide à comprendre et imaginer. Mais il y a plein d'autres facettes vicieuse qu'on ne sait pas. Que ce livre illustre deux formes de cancer montre qu'il en existe plusieurs et qu'ils sont tout aussi douloureux les uns que les autres. Et ce n'est pas parce qu'on est malade qu'on a pas droit de connaître l'amour, l'amitié, la haine, la colère etc. On a tous ce gène, qui fait de nous les mêmes, des humains quoi.
Bref, que ce soit ici deux adolescents (Hazel et Augustus (Gus)) plutôt que des adultes rendent l'histoire plus touchante, attachante, plus triste aussi.
Ces deux là se sont bien trouvé ! Ils ont un humour ravageur. Il se sont rencontré lors d'un groupe de soutien pour cancéreux, ce qui rend leur relation - autant dire - inhabituelle.
Ce livre relate une réflexion profonde sur une thématique très complexe et il fait pleurer ! Les amoureux savent qu'ils vont mourir et ils ont acceptés l'idée. Ils ont juste peur de tomber dans l'oubli, des parents notamment. Il faut se laisser entraîner par cette jolie mais triste histoire basée sur une triste réalité. Cette lecture ne fu pas que triste cependant. Quoi que mon sentiment premier fu de pleurer de tristesse, parce que faut se l'avouer, la vie est une tragédie mais ce livre peut paradoxalement nous rendre heureux pour la simple et bonne raison qu'en le fermant on ne se dit qu'une chose, à vous de choisir : "Pourquoi je me plaint pour des conneries..." "Que je suis contente d'être en vie !" "Ouai bah  quand j'y pense, la vie est belle... Penses-y plus souvent hein d'accord !"


Les + : L'écriture fluide et claire. Fortes et réelles émotions.
Les - : Une fin pas banale et triste.

Extrait :
Tu m'as offert une éternité dans un nombre de jours limités, et j'en suis heureuse.
NOTE :

♥ À bientôt ! Des bisous ! ♥

(Prochaine chronique : [Linwood BARCLAY] Celle qui en savait trop)
Rendez-vous sur Hellocoton !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Boutons icônes sign